INFORMATION CORONAVIRUS 16/03/2020 : suite aux annonces du gouvernement, toutes les rencontres sont suspendues jusqu'à nouvel ordre. Cela concerne les études bibliques, catéchismes, réunions de prières, assemblées générales, conseils presbytéraux... Pour en savoir plus sur les dispositions que nous prenons pour rester en lien, rendez-vous sur cette page.
UNEPREF Ariège
Eglises Protestantes de l'Arize et du Couserans - UNEPREF Ariège (09)
Fil conducteur : Accueil » Paroisse du Mas... » Chroniques » Mas d’Azil – Méditation sur la grotte

Mas d’Azil – Méditation sur la grotte

Écrit le 30/06/2010, dans Chroniques Mas d'Azil
Grotte du mas d'Azil

Grotte sortie sud, avec cascade

La grotte du Mas d’Azil frappe le regard du promeneur par ses proportions et sa majesté. Elle interpelle aussi le croyant en raison de son symbolisme biblique. Ce rocher immense qui semble toucher le ciel, entouré de végétations… Et cette eau qui sort abondamment de la roche. Comment le lecteur habitué de la Bible ne penserait-il pas immédiatement à Moïse qui, sur l’orde de l’Eternel, frappa le rocher pour abreuver le peuple assoiffé et mécontent, en plein désert, au point que l’eau se mit à jaillir de cette roche stérile (Exode 17. 6) ? Les jours d’orage, c’est un spectacle impressionnant que de voir l’eau tumultueuse bondir de la roche béante. Il semble qu’elle va tout emporter sur son passage. On pense bien sûr au déluge, jugement de Dieu mais l’on songe aussi à la grâce et à la miséricorde divines… A ces paroles de David qu’il prononce peu avant sa mort : « Le Seigneur étend sa main, il me saisit, il me retire des grandes eaux, il me délivre de mon ennemi puissant, de ceux qui sont plus forts que moi… » 2 Samuel 22. 17-18. Un thème souvent repris dans les psaumes. Je pense à ces protestants persécutés qui trouvèrent refuge dans le grotte et qui, les jours d’orage, contemplant les grandes eaux de l’Arize en furie, attendaient la délivrance de l’Eternel. Mais, la plupart du temps, l’Arize est calme et coule paisiblement, elle va irriguer la vallée du même nom. Sur son parcours, on voit encore quelques troupeaux de brebis « tarasconnaises » et de ces belles vaches « gasconnes » à la robe grise et aux yeux magnifiquement dessinés. Devant ce paysage bucolique, comment ne pas penser au Psaume 23 : « Le seigneur me dirige près des eaux paisibles, il restaure mon âme… » L’été, la résurgence de l’Arize à l’intérieur de la grotte se tarit parfois (et c’est hélas de plus en plus le cas). Alors, le regard du riverain appelle l’eau qui a cessé de couler et l’on songe à cette parole forte de Jésus : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein… » Jean 7. 37

Vu de l’autre côté, quand on arrive au Mas d’Azil par Saint Girons, en amont, on ne voit pas immédiatement l’eau mais l’on est frappé par cette impressionnante béance au milieu de la montagne, c’est l’entrée nord de la grotte. Un matin de Pâques, rentrant du culte de Camarade pour célébrer celui du Mas, je fis le parallèle avec la Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ. Voyant la grotte, je pensais tout à coup au tombeau ouvert qui est apparu aux femmes. La pierre avait été roulée. J’ésus est sorti vivant du tombeau. Marc 16. 4 Oui, la Résurrection de Jésus est notre lumière, sceau de notre foi chrétienne, espoir quand il n’y a plus d’espoir, lumière quand tout est gris, sublime victoire sur le mal et la mort.

Mais je vois aussi la grotte comme certaines représentations de la nativité où Marie et Joseph auraient trouvé refuge dans quelques excavation rocheuse, dans la campagne environnant Bethléhem. Je n’oublie pas que ce numéro spécial de Nuance consacré aux Eglises de l’Arize, sortira au mois de décembre. C’est lépoque de Noël où nous nous rappelons que Dieu ne nous a pas abandonnés à notre condition d’hommes et de femmes mortels et livrés à eux-mêmes… Mais qu’il a eu pitié de nous au point de nous envoyer son propre Fils. Les Hommes préhistoriques ont habité cettte grotte et l’ont peinte de signes religieux. Ils ne connaissaient pas et pour cause, la Lumière de Noël, ils cherchaient… Nous qui avons le privilège de savoir que Jésus le Messie et le Sauveur est déjà venu, puissions-nous recevoir avec un coeur renouvellé l’eau vive de l’éternité et la Lumière qui jaillit du tombeau ouvert. Amis qui passerez par la grotte du Mas d’Azil, que ce chef-d’oeuvre du Créateur soit pour vous parabole d’Evangile qui vous fasse chanter avec les anges de Noël : « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts et paix aux Hommes, objets de sa bienveillance. » Luc 2. 14

Pasteur Bernard Bordes